Review : La conquête

Publié le par Anwtane Criticz

http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/img_po10.jpg

Synopsis (Allociné) : 

6 mai 2007, second tour de l'élection présidentielle. Alors que les Français s’apprêtent à élire leur nouveau Président, Nicolas Sarkozy, sûr de sa victoire, reste cloîtré chez lui, en peignoir, sombre et abattu. Toute la journée, il cherche à joindre Cécilia qui le fuit. Les cinq années qui viennent de s'écouler défilent: elles racontent l'irrésistible ascension de Sarkozy, semée de coups tordus, de coups de gueule et d'affrontements en coulisse. La conquête : L'histoire d'un homme qui gagne le pouvoir et perd sa femme.


Ce film m'a fait l'effet d'un pétard mouillé.

Je m'explique. Le film était présenté comme une mini-"révolution" dans le cinéma français : un film sur un président en exercice, toussa. Mais surtout il était vendu comme l'histoire d'un homme qui peu à peu perd sa femme, en même temps qu'il gagne le pouvoir. Dans les faits c'est vrai, c'est ce qui s'est passé ; mais à l'écran, les choses ne sont pas identiques.

Le jeu d'acteur est juste parfait. Il n'y a absolument aucune reproche à formuler à ce niveau là. La façon de parler, le ton, la voix, la gestuelle, c'est parfait. On croit vraiment voir Nicolas Sarkozy face à soi. Mais les autres personnages également, Chirac, Villepin, Bernadette, Cécilia, Rachida, etc. Tous sont vraiment bien interprétés. Le jeu d'acteur est au top. La mise en scène est bien. En fait, chaque scène est vraiment bien, juste ce qu'il faut.


Le gros soucis, selon moi, vient du scénario et du montage.

Le film est un condensé de scènes. Une scène, écran noir, une scène, écran noir, etc. du début à la fin. Alors les scènes sont toutes très bien, mais il manque un réel fil conducteur. Le film se déroulant sur 5 ans, il y a un gros problèmes de rythme. On passe d'une séquence à une autre sans réelle transition.

Beaucoup de sujets sont abordés : Clearstream, le référendum, le CPE, etc. Cependant, ils sont juste évoqués, ils n'ont pas de réels impacts sur le film en lui même. Elles servent plus à situer le film dans le temps "Ah le CPE c'était en tel année, donc ok, on est à tel année dans le film".

http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/ac783910.jpg

 

Il y a trop facilités de la part des scénaristes/producteurs/réalisateurs.

Cependant ceci n'engage que moi. Il est sous-entendu que l'on est obligé de connaître l'actualité pour vraiment comprendre les tenants et aboutissants des évènements évoqués. Or un film ne doit pas prendre les choses pour acquis. Si on s'intéresse à l'actualité, pas de problèmes, mais si on critique le film en oubliant le reste, si on ne prend compte que du film, alors il y a un vrai problème. D'un coup on parle d'un référendum, ah ok personne n'en avait parlé avant et pourtant d'un coup c'est un évènement d'une importance capitale.

Les réformes, évènements, ne sont pas introduits. Ils partent du principe que l'on sait déjà tout et ne prennent donc pas la peine de le développer plus que ça. Et même, après la séquence "Zut échec du référendum" on passe à une autre séquence où ça n'a plus vraiment d'importance. Quelqu'un qui ne s'intéresse pas particulièrement à l'actualité risque de s'y perdre facilement. Ils abordent pleins de thèmes et les abandonnent aussitôt, comme s'ils avaient une liste "Ça c'est fait, ok, suivant".

C'est également le cas de certaines citations. Au niveau des dialogues le film est vraiment très bon, il comporte nombre de perles de nos amis les politiques : "le nain", "croc de boucher", "s'il ne peut pas garder sa femme, il ne peut pas garder la France", etc. Ces scènes sont vraiment très comiques et font plaisirs à voir, mais elles font office de remplissages. Elles existent uniquement pour replacer les citations dans leurs contextes, et c'est tout.
http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/ee86f110.jpg

 

C'est là la différence entre les films français et américains.

Eux sont bien plus habitués aux films politiques. Un américain n'aurait pas abordé autant de sujet pour les abandonner la minute d'après. Il se serait concentré sur un ou deux, mais qu'il aurait traité de fond en comble : les origines, le traitement, les éclaboussures, les conséquences. Il y aurait alors une vraie ligne directrice dans le film, une vraie évolution ; ce qui manque à La conquête en somme.

Car oui, le film est trop haché, trop déstructuré. Il commence par une séquence en 2007, le jour des résultats aux présidentielles, avec Sarkozy seul, dans le noir, faisant tourné sa bague de mariage entre les doigts. Et paf, 2004. Et le film fait sans cesse des vas-et-viens entre "passé" et 2007 ; sauf à la fin où l'on arrive enfin à cette journée de 2007. Mais ces séquences en 2007 ne servent à rien, on y voit à chaque fois la même scène : Sarkozy au téléphone avec sa femme "bon tu viens ou pas ?!" ; c'est bon, le spectateur n'est pas stupide, on a compris, ta femme hésite. Il aurait fallu uniquement laissé la première séquence et la fin, car là le film est entrecoupé de ces morceaux inutiles, qui ne servent qu'à détruire un peu plus le peu de rythme existant.

Ces scènes auraient pu être remplacées par d'autres pour apporter plus de continuité à l'histoire. Car il y a un problème de transition, la lente descente aux enfers de sa relation n'est pas assez bien exploitée, elle est trop brutale, à l'image de ces scènes qui ne se suivent pas vraiment.

De plus, certains aspects ne sont pas abordés : le rapport à l'argent du futur président et de son ex-femme (oh zut, j'ai spoilé la fin !) et son envie d'être sur tout les fronts. On le voit suivi par les journalistes, mais on le voit surtout à des petits-déjeuners, en réunion, etc. On ne voit pas assez sa surractivité (à ce "gesticulateur précoce" comme dirait Villepin (juste magnifique !)).

http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/19706410.jpg

 

Pour conclure,

beaucoup d'humour, un excellent jeu d'acteur, mais le tout gâché par un scénario qui veut parler de tout mais sans rentrer dans le fond du sujet, et un montage discutable. C'est un film à voir, si on veut rire, mais il ne faut pas trop en attendre, contrairement à ce qui nous a été vendu.


Anwtane's blog approbation :  6/10

 

 

 

Et enfin, l'argument esthétique du film :

Car ils sont juste trop ressemblants !

http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/exclu-10.jpg http://i40.servimg.com/u/f40/11/80/00/95/la_con10.jpg


 

Publié dans Critique film

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article